Faire signe, exposition à la Macc du 15 janvier au 23 mars 2013

 

Ma vie est un ciseau coupé des signes qui l’occupent

 

Exposition Faire Signe

 

Ma vie est un ciseau coupé du signe qu’il occupe
Un mot une lettre un clignotant attirent, à droite à gauche derrière nous pouvons avancer continuer la route à travers eux les signes signes du temps qui demeure ou du temps qui court à passer le chemin, parloir des tranchées nous empêchent de voir ce chemin de l’œil ce parcours des années miroir flottant où bête éternelle transcrit
Abeille des philosophes
Le signe est là il te regarde propice aux exclusions de sa surface et à travers ces voies de garage opalescence du verre obsolescence des loupes tu tournes tu tournes et tu t’appliques à ne rien laisser au bitume mais tout à l’heure, dans ces savoir-vivre de la matière un être passe d’une situation à l’autre, état solide état gaz air de peinture dans l’atmosphère des coulisses manufacturées des armes et des lorgnons des fleurs et des dimanches
L’air sombre du signe irrévérencieux de la spatule affairée à aplanir les bords et le dessus de l’œuvre déminéralise, vitalisme de l’herbe et des ensembles colatéraux, principauté du pire œil en jachère accompagne l’ordinaire vie des poissons dans leur bocal cosmogonique, une saisie des ciseaux déchire l’abyme l’administration flashée les jets d’encre du style, empreintes empreintes empreintes et terre de bruine à s’y aventurer de près tu as laissé ta botte s’aspirer dans ce mélange de sable et de vase une fois les cailloux partis bye bye tchao baby-blues onomatopée panier de crabes ardoise fumée
Ma vie est un ciseau coupé du signe qu’il occupe

la collection aramis exposée à la Mac Chaillioux de Fresnes (94)

ARAMIS «Collectionneurs» à la Macc de Fresnes (www.maccfresnes.com)

Exposition du 5 juin au 21 juillet 2012, Vernissage Samedi 2 juin de 14h à 20h

tirage au sort

mur d’acquisitions: Sabrier, Quinby, Corne, Le Méléder, de Cassagnac, Meunier, Bouffandeau, Gailliez, Joke, Joveniaux, Liquois, Léger, Loutz, Déjean

« Le Petit Chaperon Rouge » par Virginie Flahaut et la sérigraphie de Claude Faure